La France approuve une nouvelle taxe sur les entreprises technologiques américaines

Le Sénat français a approuvé jeudi une taxe sur les revenus des géants de la technologie tels que Google, Amazon et Facebook, défiant ainsi l’avertissement du gouvernement du président Donald Trump selon lequel il «ciblerait injustement les entreprises américaines».

Mercredi, Trump a ordonné une enquête sur la « taxe numérique » prévue par la France sur les entreprises de technologie. La taxe de 3% s’appliquerait aux revenus français d’une trentaine de grandes entreprises, principalement des États-Unis.

«La France est souveraine et la France décide de ses propres règles fiscales. Et cela continuera d’être le cas », a déclaré le ministre français des Finances, Bruno Le Maire, dans un communiqué.

Il a ajouté que les États-Unis et la France pourraient trouver des accords, plutôt que d’utiliser des menaces, pour parvenir à un accord sur la « fiscalité équitable » des géants de l’internet.

Dans une déclaration mercredi, le représentant américain au Commerce, Robert Lighthizer, a déclaré que les Etats-Unis examineraient si la taxe française « est discriminatoire ou déraisonnable et constitue une charge ou une restriction du commerce américain ». L’enquête pourrait conduire les Etats-Unis à imposer des droits de douane ou des restrictions commerciales aux produits français, potentiellement l’intensification de la lutte mondiale pour le commerce.

Lighthizer a ajouté que les États-Unis continueraient de soutenir les efforts de l’Organisation de développement économique (OCDE) visant à parvenir à un accord multilatéral sur les taxes dans l’économie numérique. L’OCDE a déclaré qu’elle ne parviendrait pas à une conclusion sur une taxe dite numérique avant 2020.

La France a avancé avec sa propre version d’une taxe numérique plus tôt cette année. La taxe s’appliquerait aux entreprises qui génèrent au moins 750 millions d’euros de revenus mondiaux sur leurs services numériques, dont 25 millions d’euros (28 millions d’euros) en France. Le Maire a déclaré que la taxe permettrait de lever jusqu’à 500 millions d’euros (565 millions de dollars) par an.

Dans un communiqué, Amazon a déclaré que la taxe française était « mal construite » et « discriminatoire », ajoutant qu’elle causerait « un préjudice important aux consommateurs américains et français ».

« Nous félicitons le gouvernement Trump d’avoir pris des mesures décisives contre la France et d’avoir signalé à tous les partenaires commerciaux de l’Amérique que le gouvernement américain n’accepterait pas les politiques fiscales et commerciales discriminatoires à l’égard des entreprises américaines », indique le communiqué.

Jules Laurent

Jules Laurent a étudié la finance en Amérique avant de commencer sa carrière en tant que cambiste à temps plein. En tant que membre fondateur de ce site Web, Jules s’est engagé à fournir la meilleure analyse financière possible. Jules est obsédé par l’analyse technique. Il aime étudier les modèles de graphiques et fournir des analyses.
Jules Laurent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *